lundi 17 juin 2013

Profanes, de Jeanne Benameur 5/10

Octave Lassalle est un ancien chirurgien qui vit seul, hanté par la mort de sa fille ; ce jour là, il aurait pu la sauver dans son bloc,  mais sa main d’habitude si sûre a failli. Sa femme ne lui a jamais pardonné son hésitation et a quitté le pays, le laissant seul avec ses remords. Arrivé au crépuscule de sa vie, il décide de s’entourer de 4 personnes qui se relaient à ses côtés pour l’accompagner au quotidien, jour et nuit. Ces trois femmes et cet homme souffrent eux aussi de blessures anciennes qui les engluent dans le passé. Ensemble et jour après jour, ces âmes meurtries retrouvent un second souffle et le vieil homme, dans un dernier élan de vie, parvient enfin à se tourner vers l’avenir.

L’écriture est belle, d’ailleurs  on ne peut pas s’attendre à autre chose de la part d’un roman publié chez Actes Sud. Mais pour je ne sais quelle obscure raison, j’ai peiné à lire ce roman (en témoigne la date de mon dernier post publié il y a un mois !). Tout est lenteur et suggestion, souvenirs et flous artistiques…  ça a glissé sur moi, il ne m’en reste rien d’autre qu’une impression d’être restée sur ma faim, je ne peux pas en dire plus…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire