dimanche 30 décembre 2012

Les heures souterraines, de Delphine de Vigan 9/10

Deux âmes esseulées traversent le coeur de Paris tels des automates... ils sont ballotés, bousculés et abîmés par cette vie qui ne laisse la part belle qu'aux plus forts. Forts, eux ne le sont pas... dès qu'un rouage cède dans leurs vie pourtant planifiées, c'est l'implosion et la remise en question de leur valeur individuelle.

Mathilde a fait face au décès de son époux disparu trop jeune. Elle élève seule ses trois garçons et parvient à se faire une place en or comme bras droit d'un directeur marketing pour le moins rigide. Jusqu'au jour où cet équilibre vaillamment construit devient plus qu'instable, et son univers professionnel s'écroule. On la met dans un placard où elle devient aussi invisible qu'une petite souris, démolie par un harcèlement moral quotidien...
Thibault est médecin à domicile, il cherche à s'éloigner d'une relation amoureuse qui le détruit à petit feu. Pris entre un travail qu'il effectue à un rythme de forcené et cette relation déséquilibrée, il s'interroge sur le sens de sa vie. 
Ces deux individualités naviguent à vue, se côtoient, sans jamais se voir vraiment... et pourtant ils souffrent du même mal. 

Dès les premières pages, on s'engouffre avec Mathilde dans la cadence infernale du trajet quotidien domicile/ boulot de tout bon parisien. Les changements, la foule, la bousculade, la vitesse, l'heure qui tourne, les noms de RER, la position sur le quai ... on est pris dans son quotidien et vite asphyxiés par ce harcèlement moral dont elle est victime aux yeux de tous, sans que personne ne puisse venir à son secours. Sa souffrance et celle de Thibault nous touchent, Delphine de Vigan nous fait vivre avec beaucoup de réalisme et de sensibilité leurs humiliations quotidiennes. C'est terriblement évocateur, haletant, suffocant... on tourne la dernière page et on n'aspire qu'à une chose : prendre un grand bol d'air !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire