lundi 17 décembre 2012

Days of nothing de Fabrice Melquiot, 9/10



Rémi Brossard est est un écrivain envoyé par le ministère de la culture en résidence dans un lycée professionnel. Pour 1500 euros par mois, il doit pondre un roman et se rendre au minimum une semaine par mois au collège Jean Moulin. Entre deux roupillons sur sa chaise d'écolier, il lie connaissance avec Maximilien, un adolescent révolté au verbe bien acéré. Une relation étrange s'installe entre ces deux hommes qui, bien plus que par une génération d'écart, sont séparés par un abîme culturel et social.

Ce texte est une vraie pièce de théâtre qui repose uniquement sur les dialogues entre les personnages. Ils sont savoureux, incisifs et drôles et pourtant ils dénoncent une réalité bien plus grave, celle d'une jeunesse perdue qui se cherche. Maximilien est une petite frappe à la langue bien pendue qu'on sent malin comme tout et à qui on n'a pas donné les moyens de devenir quelqu'un. C'est une vraie tête à claques mais on s'y attache...
Pour être honnête je n'ai pas super bien compris le dénouement, mais ça ne m'a pas empêché de le lire d'une traite, c'est vraiment un très bon texte.

C'est un auteur qui mérite sans doute d'être suivi, il fait des pièces de théâtres et livres pour enfants; voici le lien vers son site : http://www.fabricemelquiot.fr/index.php?/biographie/biographie/

Ah oui et ce n'est pas un texte en anglais !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire