lundi 12 novembre 2012

La chambre des parents, de Brigitte Giraud 8/10

Un jeune homme est enfermé entre les quatre murs d'une prison pour avoir tué son père. Des remords il n'en a pas tellement, il s'interroge simplement sur ce qui l'attend à la sortie. Des projets il n'en a pas, il va donc falloir qu'il s'arme courage pour retourner sur le lieu du crime et faire face à sa mère. Cette scène de retrouvailles, il l'imagine depuis sa petite cellule où il tente de comprendre l'enchaînement des événements jusqu'au drame. En parallèle, il écrit à Marianne, son premier amour ...

Brigitte Giraud nous raconte le destin d'une famille à l'encéphalogramme plat... incapacité de se voir, de se comprendre, de se parler... ils sont transparents les uns pour les autres. La mère est une petite chose terne qui ne s'impose jamais face à un mari qui n'a jamais pris le temps ou la peine de connaître ses fils. Enfermé dans ce petit pavillon coincé entre des tours, notre narrateur rêve à un destin autrement plus vivant. Il approche son rêve avec la rencontre de Marianne, qui le sort de sa torpeur en l'entraînant dans son sillage. Leurs destins vont s'entremêler bien plus qu'ils ne l'auraient imaginé, jusqu'à briser leurs rêves d'adolescents.

Je reste bien mystérieuse pour ne rien révéler car le roman perdrait de son piquant. Evidemment, on tourne les pages avec appétit, curieux de comprendre pourquoi il a pu tuer son père. Les éléments s'enchaînent, l'écriture est vive malgré le climat immobiliste ambiant qui règne dans cette maison, et on est emportés jusqu'au final où on comprend, enfin. Bref, j'ai bien aimé ce roman retrouvé dans ma chambre d'adolescente, ça se lit très facilement et simplement, et tout ça tient en haleine. C'est exactement ce que je cherche en ce moment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire