mardi 3 avril 2012

Le cœur en dehors, de Samuel Benchetrit 7/10


Charly Traoré vit dans une de ces banlieues grises où les tours ont des noms de grands artistes morts, et où les bandes de jeunes zonent entre les voies ferrées et le centre commercial fermé au public. Ce petit garçon de 10 ans originaire du Mali, vit avec son frère Henry – drogué notoire- et sa maman, une femme fière qui continue d’espérer malgré elle le retour de son mari, parti au pays.
Un matin comme les autres sur le chemin de l’école, Charly croise des policiers qui emmènent sa maman avec eux ; caché dans un recoin de son immeuble, il croise simplement son regard aimant et comprend que quelque chose de grave est en train d’arriver. Pendant toute une journée, il va tenter de trouver des réponses à ses questions. Une sorte de roman d’apprentissage pour tout découvrir de Charly et de l’univers qui l’entoure.
Je connaissais Samuel Benchetrit comme cinéaste, notamment « J’ai toujours rêvé d’être un gangster », film aux accents absurdes très bien interprété par une bande d’acteurs septuagénaires voire octogénaires (au moins) à l’humour désopilant. On le connaît aussi comme amoureux d’Anna Mouglalis et ex de Marie Trintignant, voila pour les pages people. Je le découvre donc comme auteur, et c’est plutôt réussi. On ne peut pas forcément parler d’une plume mais plutôt d’une sensibilité et d’un regard juste sur ce qu’on imagine du quotidien d’un fils d’immigré dans sa banlieue morose. Comme tous les enfants, il joue avec sa bande de copains, excelle dans certaines matières et rechigne dans d’autres, fait quelques conneries plus ou moins graves mais jamais pour blesser quiconque, tombe amoureux, joue au foot, admire sa maman et son frère qu’il ne comprend pas toujours. Le regard qu’il pose sur son petit narrateur à mi-parcours entre l’enfance et le monde des adultes est plein de tendresse et d'humour, et on s’attache au fil de la journée à Charly, avec sa vision de la vie, ses rêves et ses souffrances. Un joli roman qui se lit d’une traite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire