mardi 25 octobre 2011

Une bonne épouse indienne, de Anne Chérian 4/10





Neel, est un jeune anesthésiste indien exilé aux Etats-Unis où il est promis à une brillante carrière; au-delà d'une réussite professionnelle, Neel souhaite s'accomplir en tant que citoyen américain et renie à cette fin tout ce qui l'attache à son pays d'origine avec son lot de traditions. Mais c'est sans compter sur l'entêtement de ses parents qui parviennent à le faire venir au pays pour le marier avec Leila, une jeune femme intelligente, douce et rêveuse. Seulement, Neel ne l'a pas choisie et il déteste d'emblée Leila qui symbolise une Inde qu'il rejette. Alors il rêve en douce de Caroline, la bimbo blonde qu'il a laissée aux Etats-Unis qui symbolise pour lui sa réussite dans cette nouvelle vie.
Peu après le mariage et après un voyage de noces pour le moins insipide, les jeunes mariés regagnent la terre promise. Leila déchante en découvrant un mari distant, aigre et absent. Neel jongle entre les deux femmes et promet à son illégitime un divorce rapide. Mais c'est sans compter sur la séduction en douceur de Leila qui révèle de jour en jour de nouveaux attraits aux yeux de son mari tiraillé entre les traditions indiennes et la modernité de son nouveau pays.

Ce roman se lit d'une traite, on attend évidemment la happy end avec leur amour débordant révélé à l'humanité entière au lieu de voir cette pauvre épouse indienne vibrer dès que son mari lui frôle le bras à défaut d'autre chose...
C'est gentillet, ça nous fait voyager mais ça ne casse pas trois pattes à un canard comme on dit chez nous et l'écriture n'est pas de la haute voltige. Et puis ce Neel qui finalement n'est qu'un gros macho mal dégrossi et c'est lui le personnage principal du roman alors bon on ne va pas donner plus que 4 non plus....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire