mardi 11 octobre 2011

Les visages, de Jesse Kellermann 7/10

 
Ethan Muller est un jeune galeriste New-Yorkais de renom; toujours en quête de nouveaux talents de l'art contemporain, il ne doit sa réussite professionnelle qu'à son oeil infaillible. Il est en révolte avec son père, un héritier de la dynastie Muller, milliardaire solitaire qui n'a jamais su accepter ce fils un peu révolté.
Un appel de Tony, fidèle ami et associé de son père, vient perturber le quotidien doré d'Ethan; une série de dessins a été retrouvée dans un appartement inoccupé appartenant à son père; le mystérieux locataire est introuvable, mais leur valeur est indéniable. Si les premiers dessins partent comme des petits dessins après un vernissage organisé avec le tout New-York, Ethan est rapidement intrigué par les visages d'enfants qui jalonnent son œuvre. Ces enfants ne sont pas anonymes, il s'agit d'enfants assassinés dont le meurtre n'a jamais été résolu. Ethan est bien décidé à se mettre en chasse de cet artiste invisible et prêt à affronter la réalité.

Un vieil enquêteur à l'article de la mort mais obsédé par la disparition de ces enfants, une jeune-femme séduisante mais hantée par ses vieux démons, une histoire de famille sur plusieurs générations, un homme invisible qui pourrait être un assassin mais qui est avant tout un génie... tous ces destins s'entremêlent, dans un rythme de plus en plus soutenu malgré un démarrage un peu tardif. C'est bien écrit, bien amené, des personnages plutôt attachants avec tous leurs défauts, mais juste un petit problème au début du roman qui tarde à prendre le départ.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire