mercredi 5 mai 2010

L’Elite de Brooklyn, de Antoine Fuqua 7/10

Au sein de l’élite de Brooklyn, on suit l’histoire intime et personnelle de trois flics usés. Ils ne se connaissent pas mais ils ont en commun une même lassitude pour un métier qui leur prend tout sans rien leur donner en retour. Ethan Hawke campe un père de famille très pratiquant et prêt à tout pour acheter une maison assez grande pour abriter toute sa tribu… Richard Gere est un flic en fin de carrière qui noie sa solitude dans l’alcool et sa relation privilégiée avec une prostituée ; dépressif, il joue à la roulette russe avec son colt déchargé… Don Cheadle (si si vous reconnaîtrez son visage même si son nom ne vous dit rien) joue sa promotion en s’infiltrant dans les bandes de dealers ; afro-américain en quête de reconnaissance sociale, il joue sa dernière carte avant de devenir gradé. 

Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu Ethan Hawke dans un film et je ne suis pas déçue. Si son joli minois a perdu de sa superbe avec les années, en revanche il a pris en profondeur et en virilité. Il joue à merveille le flic bouffé par le métier et la peur de décevoir ses proches. Visage émacié, yeux tirés, mâchoires tendue comme un string, on le sent prêt à péter les plombs à tout moment ce qui confère à son personnage une intensité à la Vincent Cassel. Donc chapeau bas pour son jeu d’acteur que j’ai largement préféré à celui de Richard Gere qu’on est contents de retrouver dans un autre genre qu’une comédie sentimentale mais que j’ai trouvé un peu lisse malgré les aspérités de son personnage. Le film démarre lentement, on passe d’un personnage à l’autre et on met un peu de temps à s’accrocher à l’un d’eux. Puis ça gagne en intensité jusqu’au final où les histoires parallèles finissent par s’entremêler… Une histoire de flics un peu pourris qui tentent de sortir la tête hors de l’eau sur fond de règlements de compte entre dealers.

Donc je mets une très bonne note au jeu de Ethan Hawke mais une note un peu moins bonne au film que j’ai trouvé décevant par rapport aux critiques que j’avais lues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire