vendredi 26 mars 2010

La délicatesse, de David Foenkinos 9/10

Alors qu’elle est encore étudiante, Nathalie croise la route de François et va rencontrer le grand amour. Ils forment un beau couple souvent jalousé, tant leur bonheur est évident et simple jusqu’à l’accident tragique. Nathalie entame une deuxième vie, doit apprendre à vivre seule, à écouter Alain Souchon sans pleurer, à regarder d’autres hommes et à sourire. 

L’histoire c’est donc celle du parcours intime d’une jeune-femme en pleine reconstruction. Le verbe est simple, l’analyse très fine, et David Foenkinos m’a régalée de ses petits apartés pleins d’humour sortes de parenthèses délirantes où il nous délivre la recette du risotto, la réplique cinglante de Ségolène Royal au soir de sa défaite à la tête du PS, ou des résultats de foot. Tour à tour, les différents protagonistes (trois) prennent la parole ce qui permet de leur donner de l’épaisseur ; on les découvre un peu ridicules, paralysés par les sentiments, spirituels, légers parfois et très attachants. J’ai dévoré ce roman en pensant au livre « Le mec de la tombe d’à côté » de Katarina Mazetti que j’ai aperçu il y a peu encore en tête de gondole à la Fnac et que je vous conseille également. La trame est identique, car il y est question d’une jeune veuve bibliothécaire qui tombe peu à peu sous le charme d’un agriculteur un peu rustre et totalement éloigné de son univers…

Un roman touchant et délicat (d'où le titre) à lire absolument.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire