samedi 6 mars 2010

La bâtarde d’Istanbul, de Elif Shafak 8/10

Armanoush Tchakmakhchian, de père arménien et de mère américaine pure souche, vit aux Etats-Unis, ballottée entre deux univers familiaux, deux identités, deux histoires… à 19 ans, elle ne sait pas qui elle est et pense qu’un voyage sur la terre de ses ancêtres en Turquie l’aidera à comprendre leur histoire et supporter le lourd poids de son héritage. Asya, jeune turque de 19 ans un peu délurée et rebelle, vit dans un appartement de femmes et se retrouve coincée entre ses tantes, sa grand-mère et son arrière grand-mère. Entre traditions, repas traditionnels, mysticisme et croyance religieuse, elle étouffe et cherche aussi son identité car elle ne connaît pas son père. Les deux jeunes-filles vont être amenées à se rencontrer dans Istanbul, et vont apprendre ensemble à mieux comprendre d’où elles viennent. A la façon d’un roman d’apprentissage, elles vont grandir et passer le cap de l’adolescence mais cela ne se fera pas sans douleur et l’histoire qui paraissait enfouie remonte en surface pour les aider à comprendre qui elles sont. 

Un très beau roman facile à lire et qui nous embarque dans une histoire bien équilibrée entre légèreté et histoire. Cela nous permet d’en savoir un peu plus sur le génocide arménien et sur la colère des descendants de cette population en attente de pardon pour les meurtres commis. Une histoire qui nous plonge aussi au milieu d’une famille stambouliote qui représente sans doute bien le contraste de la population actuelle, un mélange entre les modernes et les conservateurs. 

A lire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire